Other ways to reach us: 1.800.260.6682 | 902.424.6650 | info@nsbi.ca
1800 Argyle Street, Suite 701 | Halifax, Nova Scotia, Canada B3J3N8

  • Choisir la Nouvelle-Écosse : pleins feux sur Connections Productions Inc.

Choisir la Nouvelle-Écosse : pleins feux sur Connections Productions Inc.

Tuesday, September 20, 2016

La vue arrière-scène de la production de la série télévisée Pour l'amour du country

Connections Productions, une compagnie de production francophone établie à Bedford, est réputée partout au Canada. Même si beaucoup pourraient s’attendre à ce que ses productions soient tournées dans une grande ville francophone, la compagnie voit beaucoup d’avantages et de débouchés ici même en Nouvelle-Écosse. Nous avons joint le réalisateur Chris Goguen pour en savoir davantage sur la compagnie et sur ses productions.

For the english version.

Parlez-nous un peu de Connections Productions et de son histoire en Nouvelle-Écosse.

Connections Productions réalisent des œuvres depuis 1997; elle a tourné dans 43 pays et sur cinq continents. Nous avons réalisé plus de 500 heures de productions télévisées, nous avons reçu plusieurs nominations et nous avons gagné de nombreux prix, y compris des prix Gemini et Hot Docs. Nous avons travaillé pour de nombreux diffuseurs, notamment : History, Discovery, TFO, CBC, Super Écran, TMN, Movie Central, TV5, APTN, ICI ARTV, ICI Radio-Canada et le Réseau des sports (RDS). Nous avons déménagé en Nouvelle-Écosse au début de 2015 et nous avons depuis tourné les 13e et 14e saisons de Pour l’amour du country, la 1re saison de Clé du studio et la 3e saison de Trajectoires. Nous sommes en train de tourner la 4e saison de Trajectoires et nous travaillons à la 15e saison de Pour l’amour du country.

Votre équipe travaille à quel genre de productions?

Connections Productions Inc. a réalisé toutes sortes de choses : des longs métrages, des séries dramatiques, des animations, des séries documentaires et des émissions de variétés musicales. Au cours des années, nous nous sommes spécialisés dans le domaine des variétés musicales et nous avons réalisé Pour l’amour du country et Clé du studio, des séries qui sont toujours à l’écran et qui sont toutes les deux tournées en Nouvelle-Écosse. Nous sommes aussi en train de réaliser la quatrième saison de la populaire série documentaire sur le hockey, Trajectoires.

Vous travaillez à la 4e saison de Trajectoires – pourquoi croyez-vous qu’elle a été si populaire?

J’aimerais bien m’en attribuer le succès, mais c’est du hockey de la ligue nationale, alors ça se vend tout seul au Canada! Chaque saison de notre série se compose de huit épisodes d’un heure chacun. Les émissions sont tournées partout en Amérique du Nord. Trajectoires examine en profondeur la vie des joueurs qui ont pris leur retraite de la LNH. Notre série a du succès et elle trouve son écho chez nos partisans parce qu’elle n’aborde pas seulement le hockey, mais aussi la personne derrière le joueur.  Le joueur a des peurs, des aspirations, des préoccupations familiales et une vie privée comme vous et moi, à la différence que la vie professionnelle de ces joueurs occupe la première page des journaux.  Et le simple fait de connaître le joueur ne veut pas dire que nous connaissons l’homme.  À mesure que le joueur raconte les hauts et les bas de sa vie et de sa carrière, notre série s’intéresse à ce que le joueur a ressenti et vécu dans ces moments-là.

Nous ouvrons le documentaire au tout début de leur vie, avec leur enfance et le milieu dans lequel ils ont grandi. Nous suivons ensuite tous les aspects de leur carrière jusqu’au hockey junior. Nous remuons ciel et terre et nous parlons aux amis et à la famille, aux entraîneurs et aux coéquipiers, souvent même aux personnalités de la ligue.  Nous poursuivons avec les hauts et les bas du hockey professionnel, sur la patinoire et dans la vie privée.  Nous terminons toujours l’émission avec un message d’espoir concernant l’étape où en est rendu chaque personne.

Nous avons calculé que seulement 0,03 p. 100 des jeunes qui jouent au hockey atteindront le point où ils seront payés pour jouer, et encore moins joindront les rangs des salariés de la LNH.  Nous sommes toutefois d’accord pour dire que le fait de porter un chandail de la LNH et de jouer sous les feux les plus brillants du hockey est une réalisation extraordinaire. Il n’y a aucune mauvaise carrière, tous ces hommes ont accompli quelque chose de réellement remarquable.  Certains sont vraiment une inspiration, comme Francis Bouillon, un jeune de 5 pi 8 po qui jouait au hockey sur roulettes et qui n’a pas été repêché. Il a tenu bon et il a fini par jouer près de 1 000 parties dans la LNH.  Nous sommes en quête de la vérité.  Nous les ramenons dans le temps pour revivre des moments incroyablement heureux et aussi très douloureux.  Dans la plupart des épisodes, nous avons à la fois les larmes et le rire! Nous recherchons du contenu qui ne se trouve pas en ligne et qui existe uniquement au fond de leur cœur et de leur âme.  En tant qu’amateur de hockey, voir ces émotions surgir, c’est vraiment magique et nos nombreux auditeurs en conviennent.

Nous avons présenté des joueurs intronisés au Temple de la renommée comme Denis Savard, et d’autres dont la carrière a été interrompue par des blessures terribles, comme Donald Audette.  Nous avons eu des intimidateurs flamboyants comme George Laraque et des superétoiles tranquilles comme Pierre Turgeon.  Chacun apporte quelque chose d’unique à l’émission et chaque année un nouveau groupe de candidats possibles pour Trajectoires prend sa retraite. Nous ADORONS faire cette émission!

Ancien joueur de la LNH, Pierre Turgeon sur scène de la séries télévisée Trajectoires

Qu’est-ce qui entre dans une production?

Trajectoires a un calendrier très chargé de 60 jours de tournage répartis dans plusieurs endroits; il y a beaucoup de déplacements partout en Amérique du Nord. Même si nos joueurs sont à la retraite, ils sont encore très actifs, engagés et en demande. Alors, nous leur facilitons les choses en allant à leur rencontre et en tenant compte de leur horaire. Nous sommes allés dans des grands centres comme New York, Vancouver, Los Angeles et Dallas, et souvent à Montréal et Toronto pour obtenir du matériel pour l’émission. Nous sommes aussi allés dans des endroits éloignés comme Maniwaki et Rouyn-Noranda pour saisir des moments d’enfance. Dans l’ensemble, l’équipe de production de Trajectoires compte 20 personnes – notamment des rédacteurs, des compositeurs et des spécialistes en postproduction. L’émission est tournée avec une caméra 6K et une sonorisation en 5.1, et chaque émission contient une tonne d’archives de la LNH.

Parlez-nous un peu plus de Pour l’amour du country.

Cette émission est une célébration de la musique country. La musique country est bien vivante et plus populaire que jamais au Canada et surtout dans les régions francophones du pays. Influencés par le country américain des années 40 et 50, les artistes country francophones ont connu du succès et leurs publics leur sont restés fidèles. Pour l’amour du country reflète l’image en constante évolution de cette musique. L’animateur, le très populaire Patrick Norman, et son orchestre maison remarquable présentent ce qui se fait de mieux en musique country francophone et souvent anglophone. La liste d’invités comprend souvent des chanteurs populaires qui viennent chanter pour leur amour et leur appréciation de la musique country. Après 14 ans à l’écran et 180 émissions réalisées, la série est toujours aussi populaire et nous nous préparons à marquer et à tourner la 15e saison au théâtre Alderney Landing à Dartmouth en mai et en juin 2017.

Qu’est-ce qui entre dans cette production?

Nous avons une équipe de plus de 100 personnes pour cette série. Des artistes et des musiciens viennent et repartent sur une période de trois semaines. Alderney Landing sera méconnaissable après que nous l’aurons transformé en studio de télévision. Pour l’amour du country est enregistré en faux direct, filmé avec quatre caméras, et il dispose d’un nouveau décor très beau conçu pour cet espace et d’un éclairage impressionnant. Les émissions sont enregistrées devant public, alors venez nous voir!

Qu’est-ce que ça fait de filmer une émission en français en Nouvelle-Écosse?

La Nouvelle-Écosse a une petite communauté francophone, mais elle est dynamique. Alors, pour nous, tourner en Nouvelle-Écosse nous semble parfaitement naturel. C’est toujours agréable de travailler avec ces gens-là et ils sont extrêmement accommodants. Le fait de ne pas être dans un grand centre francophone, comme Montréal, nous donne un point de vue différent et nous apportons alors une perspective unique à notre travail, et les diffuseurs nous disent qu’ils aiment ça. Dans l’ensemble, les avantages, comme un accès facile à des équipes de tournage talentueuses et de grand calibre, ont énormément compensé tout obstacle linguistique qui pourrait surgir. Pour l’amour du country embauche une centaine de personnes, dont des francophones et des anglophones.

Qu’est-ce qu’il y a de meilleur à faire votre travail… à partir de la Nouvelle-Écosse?

En étant dans la Municipalité régionale d’Halifax, nous avons le meilleur des deux mondes : l’infrastructure d’une grande ville mais l’atmosphère d’une petite ville, l’accès à une équipe de travail de calibre mondial, nos partenaires de création PostMan Post-Production Studios et Current Productions… et bien sûr, nous sommes au paradis maritime du Canada!

Pour en savoir davantage sur les deux émissions :

Trajectoires 4 et Pour l’amour du country sont admissibles au financement du Fonds d'incitation à la production télévisée et cinématographique en Nouvelle-Écosse. Pour en savoir davantage sur les possibilités de tournage en Nouvelle-Écosse et sur la manière d’obtenir du financement du Fonds d'incitation à la production télévisée et cinématographique en Nouvelle-Écosse, allez à l’adresse suivante :  NSBI.ca/filmapplication. (en anglais seulement)